L’Ostéopathie

La médecine manuelle existe depuis qu’existe la main, donc depuis que l’homme se tient debout en équilibre sur ses membres inférieurs. C’est le premier outil qu’il avait “ sous la main ” pour se soigner.

Ostéopathie

De nombreux documents historiques anciens prouvent l’importance portée aux traitements manuels par les diverses civilisations égyptiennes, chinoises ou grecques.
En 400 avant Jésus Christ, Hippocrate insistait sur l’importance de la colonne vertébrale et des pratiques manipulatives pour traiter les légères déviations des vertèbres.

Au XI ème siècle, Avicenne décrivait la pathologie et la clinique des sciatiques et leurs traitements par les manipulations vertébrales.
Plus près de nous, nous connaissons l’anecdote de Jean Corvisart, premier médecin de Napoléon 1 er, qui traita un lumbago de son illustre patient. Celui-ci ne pouvant pas se redresser, il lui demanda de se pencher sur son bureau et lui administra alors une tape magistrale sur les fesses. L’empereur furieux se redressa brusquement en se retournant, et ce mouvement d’extension et de rotation de la colonne vertébrale le soulagea immédiatement de sa lombalgie aïgue ( rapporté par R. MAIGNE dans son livre «  Mal de dos, Mal du siècle »).
Jean Covisart

Mais ce n’est qu’à la fin du XIX ème siècle qu’Andrew-Taylor STILL jeta les bases de l’ostéopathie moderne en édictant des règles diagnostiques et thérapeutiques précises, conduisant l’examen et le traitement global d’un individu. Il pensa également à la prévention et estimait que pour conserver sa santé, un individu devait avoir une structure corporelle et une fonction corporelle normales. Né en 1828, en Virginie dans le Midle West Américain, il fut d’abord ingénieur, puis en 1845, intéressé par la pratique de son père, qui était pasteur et médecin, il commença ses études de médecine qu’il ne termina qu’en 1865. Sa parfaite connaissance des lois physiques du génie mécanique et hydraulique et la synthèse qu’il en a fait avec la connaissance de l’anatomie et de la physiologie appliquées à la médecine, lui permettent de découvrir l’art manuel et de parfaire, en les codifiant, toutes les transmissions orales et écrites venant de l’antiquité.

Par ailleurs il faut noter que sa mère avait été capturée par les indiens dans sa toute première jeunesse et n’a retrouvé le monde occidental “ civilisé ” qu’à l’âge de 18 ans. Des indiens, elle a appris à lire les signes de la nature, à en ressentir les effets et à les interpréter. Cette faculté et ses connaissances, elle les a transmises à son fils Andrew Taylor.

La conjonction de ses connaissances d’ingénieur et de médecin et d’un “ sens naturel ”  lui a permis de créer cette discipline si originale. En 1874,  à l’âge de 46 ans il rompt définitivement avec la médecine traditionnelle de l’époque et établi les grands principes de l’ostéopathie.
En 1892, il créa à Kirksville, dans le Missouri, la première école d’ostéopathie.
Le docteur STILL meurt en 1917 à l’âge de 89 ans.

Une part importante de l’ostéopathie, l’ostéopathie crânienne, fut institutionnalisée en 1939 par William Garner SUTHERLAND après 30 ans de recherches et d’observations. Ces travaux ont été complétés par son élève Harold MAGOUN en 1951.

De nombreux autres auteurs ont apporté leur pierre à la contribution du développement de l’ostéopathie. Parmi eux il faut citer Lawrence H. JONES pour sa technique de Counterstrain, Fred H. MITCHELL pour le Muscle Energy ainsi que tous ceux qui ont contribué au développement du Myo-Fascial-Release ou traitement des fascias.